• audreyomnes

Covid-19 : un quotidien chamboulé, un nouveau rythme trouvé et à faire perdurer.

"Dans cette période difficile et oppressante, le confinement est difficile à vivre à titre personnel mais aussi dans le cadre professionnel. Après un début de confinement difficile et la mise en place d’un nouveau fonctionnement, il a fallu s’adapter au jour le jour. Cette période a été vraiment difficile pour moi. J’ai été sur tous les fronts pour palier aux absences, rassurer les résidents… Les nouvelles consignes qui tombaient chaque jour pour s’adapter à la situation venait, à chaque fois, réinterroger notre fonctionnement.

Au début pour certains résidents, c’était très compliqué de s’isoler. Ils vivaient cela comme une punition et ne comprenait pas toujours. Mais après la première quinzaine de confinement, ils ont perçu que tout le monde restait sur l’unité et ils ont réussi à s’adapter.

Aujourd’hui, le plus difficile reste le lien avec la famille. C’est ce qui nous manque à tous, résidents et professionnels.

Par ailleurs, nous avons dû faire face à l’absentéisme des professionnels et la réorganisation n’a pas toujours été simple. Heureusement, la fermeture des établissements de jour, nous a permis d’accueillir d’autres professionnels en renfort sur le Foyer d’accueil médicalisé. Sur l’unité rose, l’arrivée de nouveaux collègues, dans ce chaos, a été un vrai réconfort. Nous avons fait connaissance et ça, c’est vraiment chouette ! J’ai beaucoup apprécié cette solidarité et je suis ravie d’avoir découvert leur façon de faire et comment ils travaillent. Certains professionnels ont connu les résidents plus jeunes, sur d’autres structures et nous ont partagé quelques anecdotes de vie des uns et des autres, c’était très enrichissant.

L’esprit d’équipe a été fondamental dans le début de cette crise. La présence des cadres a été indispensable et ils sont venus nous voir tous les jours, pour s’assurer du bien-être de chacun.

Aujourd’hui, la fatigue s’est accumulée pour beaucoup d’entre nous. Nous avons d’abord renoncé à nos congés pour palier aux absences. A ce jour, dès que possible, des jours de congés nous sont accordés pour récupérer et pouvoir tenir dans la durée, car malheureusement, je pense que ça sera encore long !"

Mélanie Baillet, aide-soignante sur l’unité rose du Foyer d’accueil médicalisé.