• audreyomnes

Une gestion maîtrisée du linge et des process en période d'épidémie COVID-19

Nous avons rencontré Eric Dissaux, chef d’atelier de la blanchisserie du sud de l’Aisne, qui revient sur la gestion de l'épidémie COVID-19 en blanchisserie.



Comment ça se passe depuis le 16 mars 2020 ? Quelles sont les mesures prises à la blanchisserie ?

Les process de traitement du linge de la blanchisserie ont peu changé malgré la pandémie du COVID-19. Nous avons renforcé nos mesures RABC et sensibiliser davantage les équipes au respect des gestes barrières. Nous avons aussi fait quelques adaptations pour respecter la distanciation au sein des différents espaces de travail. Les tables de pliage disposent désormais d’un marquage permettant de respecter la distanciation. Nous avons aussi modifié les tournées de ramassage du linge pour en augmenter le nombre de passages et répondre aux besoins de nos clients. Les temps de repas ont été aménagés et tous les lieux de la blanchisserie sont investis pour pouvoir permettre la distanciation nécessaire (extérieurs, salle de réunion, bureau…) pendant la prise des repas.


Avez-vous mis en place un protocole de lavage particulier pour le linge contaminé ?

Effectivement, nous avons investi dans des lessives spécifiques au traitement du linge contaminé par le COVID-19. Des sacs hydrosolubles ont été mis en place pour nous permettre d’identifier ce linge et de mettre directement le linge en machine avec le sac. Au contact de l’eau, le sac se dissout.

Le linge contaminé fait l’objet de 2 lavages : un premier lavage à 40°C pendant 50 minutes avec un dosage de lessive spécifique au linge contaminé et ensuite le linge reste dans le lave-linge et refait un programme classique à 60° pendant 1 heure avec les produits lessiviels classiques adaptés à chaque type (éponges, draps, linge de corps). Ce nouveau process pour le linge contaminé créé une charge de travail supplémentaire car d’un lavage de 60 min, il passe désormais à 1h50. Nous avons ainsi revu la programmation des machines pour démarrer plus tôt le matin et permettre d’assurer le traitement du linge de tous nos clients.


Avez-vous mis en place des équipements spécifiques en cette période de pandémie ?

Les professionnels de la blanchisserie disposent de tenues de travail, notamment blouses et pantalons. Ceux-ci sont, depuis toujours, lavés tous les jours. Les opérateurs ont une tenue couleur par jour pour que nous puissions veiller à ce que chacun se change bien. Les équipements à usage unique comme les masques, charlottes, gants et sur-chaussures sont traités dans des DASRI (Déchets d'activités de soins à risques infectieux et assimilés) et non dans les poubelles ordinaires, ce qui est nouveau avec le COVID-19.

Par ailleurs, le circuit du linge en blanchisserie va toujours dans le même sens. Le linge propre et sale ne se croisent jamais.

Les camions sont désinfectés tous les jours, comme les sacs de transports, les chariots. Les salles de traitement du linge sont nettoyées « murs et sols » chaque fin de semaine. Les machines, séchoirs, tables, sont lavés chaque jour selon les protocoles établis.


Au niveau du personnel, avez-vous eu de l’absentéisme ?

Ce qui nous a impacté dans notre organisation pendant cette période, c’est le manque de personnel. En effet, pour limiter les risques de contamination et préserver au maximum les travailleurs ESAT, les travailleurs étant hébergés au foyer le colombier n’ont pas pu poursuivre le travail à la blanchisserie. Seuls les travailleurs externes et sans risque médical ont pu venir au travail. Nous sommes donc passés de 18 travailleurs ESAT à 6-8 travailleurs. Forcément, l’absentéisme a eu un impact sur la charge de travail quotidienne. Mais nous avons réussi à pallier, le soutien des professionnels de l’IME de Château-Thierry, a été précieux pour nous prêter mains fortes et nous a permis d’aménager des jours de repos pour permettre à chacun de tenir le rythme dans la durée.


Avez-vous perdus des clients pendant cette période de confinement ?

80% de nos clients sont encore en activité et nous avons pu répondre à toutes leurs demandes. Nous sommes toujours dans notre optique de rendre un service de qualité et dans cette période de pandémie, nous y avons été encore plus attaché. Certains de nos clients ont eu besoin que nous fassions des ramassages complémentaires par exemple, nous y avons répondu.

Jusqu’au 11 mai 2020, nous avions en revanche fermé la blanchisserie aux particuliers. Aujourd’hui, c’est de nouveau possible et les clients ont attendu la reprise.


Y a-t-il eu des difficultés particulières ?

Au début, il y a eu un peu de peur effectivement mais globalement tout le monde a bien géré la situation. Nous avons eu aussi quelques difficultés avec les transports en commun notamment, qui n’ont pas toujours été assurés. Nous avons pallié à cette situation en proposant les transports aussi en interne.

Au niveau matériel, une machine est tombée en panne également pendant le confinement, ce qui nous a posé pas mal de difficultés. Sachant qu’elle tourne 7h par jour, sur une semaine ça nous a fait une charge de travail supplémentaire. Elle est en réparation actuellement et devrait être opérationnelle la semaine prochaine. Une nouvelle machine de 70 kg était en commande et a pris du retard dans la livraison, elle arrivera sous quinzaine. Cette nouvelle machine va nous permettre de monter en puissance et de prendre de nouveaux contrats.


Que retenez-vous de cette période ?

Les journées ont été chargées mais on a géré et on gère encore !

Nous avons travaillé tous les jours fériés (lundi de Pâques, 1er et 8 mai) qui tombaient sur des grosses journées de travail. On commençait plus tôt pour finir plus tôt et nous avons favorisé les temps conviviaux avec des viennoiseries et jus de fruits pendant ces journées. Nous avons aussi passé de bons moments malgré la crise sanitaire.

Je salue le travail de toute l'équipe qui reste mobilisée !

Propos recueillis par Audrey Omnes